cineclubrashomon site

 

modeleafficheRashômon

de Akira Kurosawa avec Toshirô Mifune, Masayuki Mori, Machiko Kyô... 1h28

Un paysan vient s’abriter d’une pluie torrentielle sous une vieille porte délabrée où se sèchent déjà un bûcheron et un prêtre. Ces derniers semblent ne rien comprendre à une affaire à laquelle ils ont été mêlés bien malgré eux. Un samouraï aurait été assassiné et sa femme violée ; quatre témoins du drame, dont le prêtre et le bûcheron, vont donner leurs versions des faits, toutes contradictoires…

en savoir   bande annonce 

 

 

A propos de Akira Kurosawa 

Cinéaste Japonais, né à Tokyo en 1910 et mort dans la même ville en 1998. 

Descendant de Samouraï, Akira Kurosawa s’engage dans l’exigeante « voie du cinéma », comme d’autres suivent la « voie du sabre », tournant sans relâche plus d’une trentaine de films, de 1941 à 1993, qui éclairent la longue histoire de son pays. Nommé Sensei (maître) sur le plateau, Kurosawa manie toutes les techniques de son art, du scénario au montage, et demande en retour un engagement total de ses collaborateurs, tel Toshirō Mifune, son acteur fétiche. Au sein des studios nippons d’abord, soviétiques ensuite (Dersou Ouzala, 1975), puis hollywoodiens (Rêves, 1990), il tourne du « grand spectacle d’auteur », tantôt épique, tantôt minimaliste. Mariant Orient et Occident, du théâtre Nô à Shakespeare (Le Château de l’araignéeRan), son œuvre si puissamment japonaise en devient universelle. C’est d’ailleurs Rashōmon (1950), primé à Venise et aux Oscars, qui inaugure la reconnaissance internationale du cinéma japonais.