loriginedumonde

 

modeleafficheL'origine du monde

de Laurent Lafitte avec Laurent Lafitte, Karin Viard, Vincent Macaigne... 1h38

Jean-Louis réalise en rentrant chez lui que son coeur s'est arrêté. Plus un seul battement dans sa poitrine, aucun pouls, rien. Pourtant, il est conscient, il parle, se déplace. Est-il encore vivant ? Est-il déjà mort ? Ni son ami vétérinaire Michel, ni sa femme Valérie ne trouvent d'explication à cet étrange phénomène. Alors que Jean-Louis panique, Valérie se tourne vers Margaux, sa coach de vie, un peu gourou, pas tout à fait marabout, mais très connectée aux forces occultes. Et elle a une solution qui va mettre Jean-Louis face au tabou ultime...

en savoir   bande annonce 

 

 

 

A propos de Laurent Lafitte, réalisateur et acteur

Après avoir suivi le cours Florent puis une formation au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, Laurent Lafitte se lance dans une carrière de comédien. Il débute à la télévision où il joue dans quelques téléfilms avant d’obtenir en 1993 un rôle secondaire dans la série Classe Mannequin. Il fait une première apparition au cinéma en 1997 sous la direction de Nicolas Boukhrief, dans Le Plaisir (et ses petits tracas). Dès lors, sa carrière oscille entre le cinéma, la télévision et le théâtre.

En 2000, le comédien obtient un petit rôle dans Les Rivières Pourpres de Mathieu Kassovitz avant de fréquenter le même plateau que Catherine Deneuve dans la comédie Belle Maman. Deux ans plus tard, il apparaît dans le premier film de Guillaume CanetMon idole, marquant le début d'une fidèle collaboration. On peut le voir la même année donner la réplique à Bruno Solo et Yvan Le Bolloc'h dans la série Caméra Café.

Comédien éclectique, Laurent Lafitte s’illustre aussi bien dans la comédie - Mais qui a tué Pamela Rose ? d’Eric Lartigau aux côtés de Kad et Olivier- que dans le drame - Un secret de Claude Miller, dans lequel il incarne un gendarme collaborateur durant la période de l’Occupation. C’est aussi un comédien fidèle qui fréquente régulièrement les plateaux de Guillaume Canet, sous sa direction dans Ne le dis à personne ou à ses côtés dans Narco.

Parallèlement au cinéma, Laurent Lafitte fait carrière sur les planches. Il fait notamment rire les foules dans son one-man show Laurent LAFITTE, comme son nom l’indique. Le spectacle était produit par Dominique Farrugia, qui fait ensuite appel à lui dans L' Amour c'est mieux à deux (2010), co-réalisé avec Arnaud Lemort, et lui offre le rôle de Sylvain, le petit ami pseudo-parfait de Virginie Efira. Compagnon de Jacques Weber dans la comédie Ensemble c'est trop de Léa Fazer.

Retour aux planches pour Laurent Lafitte qui co-signe la même année Rendez-vous, l'adaptation de la comédie musicale de Broadway She loves me, qui met en scène Kad Merad en vendeur de parfum en quête d'amour. Parallèlement, il est le journaliste suivant le chef d'entreprise François-Xavier Demaison dans Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde, puis figure au générique de Sur des rails, une comédie portée par l'acteur belge François Damiens.

En 2010, le comédien tourne à nouveau sous la direction de Guillaume Canet dans Les Petits mouchoirs, un véritable succès au box-office et une nouvelle occasion de donner la réplique à Gilles Lellouche et François Cluzet. Il présente l’année suivante la 25ème nuit des Molières et retrouve François Damiens dans la comédie Une pure affaire. En janvier 2012, il est engagé en tant que pensionnaire à la Comédie Française, mais ne s'éloigne pas du grand écran pour autant. Quand Kad et Olivier décident de tourner une suite à Mais qui a tué Pamela Rose ?, c’est tout naturellement qu’ils lui confient le rôle de Perkins. Peu de temps après, il partage l’affiche avec Omar Sy du buddy-movie De l’autre côté du périph, puis obtient un rôle dans la comédie 16 ans ou presque où il incarne un avocat atteint d’une maladie rare, le plongeant en pleine crise d’adolescence à l’âge de 34 ans. 

L'année 2013 est de nouveau riche en activités pour l'acteur, qui après avoir prêté sa voix au nouveau héros DreamWorks dans Turbo, obtient un rôle dans L’Ecume des jours de Michel Gondry et donne la réplique à Fanny Ardant dans Les Beaux jours. On le retrouve églament dans Duo d'escrocs, où il a un petit rôle aux côtés d'Emma ThompsonPierce Brosnan et Louise Bourgoin. L'année suivante, il joue un fils endeuillé dans Tristesse Club, avec Ludivine Sagnier et Vincent Macaigne

Laurent Laffite fait désoramis partie des acteurs qui comptent, et l'acteur multiple les projets. Il est l'objet des fantasmes de Sandrine Kiberlain dans Elle l'adore avant de s'écharper avec Marina Foïs pour la garde de leurs enfants dans Papa ou Maman, succès surprise de l'année 2015, puis dans la suite Papa ou Maman 2. Après avoir éprouvé son art de la fugue aux côtés de Benjamin Biolay et Agnès Jaoui, il partage l'affiche de Boomerang avec Mélanie Laurent et Audrey Dana. Alors qu'il continue en parallèle ses activités de doubleur (Astérix - Le domaine des dieuxLe petit Prince), l'acteur surprend avec un rôle difficile dans le très sulfureux Elle de Paul Verhoeven, aux côtés de la magistrale Isabelle Huppert

 

A propos de Vincent Macaigne, acteur

Il entre en 1999 au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris où il suit notamment les cours de Joël JouanneauCatherine MarnasClaude Buchwald et Muriel Mayette.

Sa pièce Requiem 3, montée pour la première fois en 2007 puis montée à nouveau au théâtre des Bouffes du Nord en 2011, a reçu un accueil mitigé. Armelle Héliot dans Le Figaro dénonce une pièce d'un « sadisme complaisant » alors que Jean-Pierre Thibaudat sur Rue89 et Brigitte Salino dans Le Monde se sont enthousiasmés pour la pièce.

C'est avec la création d'Idiot ! en 2009, librement inspiré de L'Idiot de Dostoïevski, produite par la MC2 de Grenoble et le théâtre national de Chaillot, qu'il accède à la notoriété. Vincent Baudriller et Hortense Archambault le découvrent à cette occasion et lui confient un nouveau projet pour Avignon en 2014 sous le titre Idiot ! parce que nous aurions dû nous aimer.

Au festival d'Avignon en 2011, il met en scène une adaptation de Hamlet de William Shakespeare intitulée Au moins j'aurai laissé un beau cadavre qui divise de nouveau la critique.

Il passe à la réalisation en 2011 avec Ce qu'il restera de nous qui obtient le Grand Prix au festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand en 20129,10. Le film sort sur les écrans français le .

En 2012, Vincent Macaigne est artiste en résidence à la Ménagerie de verre à Paris. Dans le cadre du festival Étrange Cargo, il y présente un spectacle intitulé En manque, écrit à partir de Manque de Sarah Kane.

En 2013, Vincent Macaigne est à l'affiche de plusieurs films du jeune cinéma d'auteur français ; le journal britannique The Observer lui consacre à cette occasion un article qui le présente comme « le nouveau Gérard Depardieu », et une figure de proue du renouveau du cinéma français.